La drogue «buddha blue», nouveau fléau des cours d’école

On l’appelle Buddha Blue ou encore PTC. Liquide inodore et incolore, cette drogue de synthèse s’inhale dans les cigarettes électroniques. Après des cas signalés en Bretagne, elle se répand dans le Calvados, où sept lycées ont fait des signalements. Le rectorat alerte les chefs d’établissements.

Cela fait deux ans que le buddha blue est arrivé dans la région. Après un premier cas signalé à Cherbourg, un autre à Lisieux l’an dernier, c’est désormais l’ensemble du département du Calvados qui est concerné. Selon des signalements effectués par des proviseurs depuis la rentrée 2019, sept lycées sont concernés, principalement dans l’agglomération caennaise. “17 élèves ont présenté des symptômes après avoir inhalé la substance” indique le rectorat. Certains ont dû être hospitalisés. 

Une drogue surnommée PTC pour “pète ton crâne”

Attention danger, ce cannabinoïde de synthèse peut s’avérer très dangereux. Après une phase de relaxation, la montée est très brutale avec paralysie, tachycardie, hallucinations, détresse respiratoire… “On recense deux cas d’overdose mortelle en Europe“, précise Grégory Lange, de l’association nationale de prévention en alcoologie et addictologie. “Les jeunes qui en consomment recherchent les effets du cannabis, mais les effets secondaires du buddha blue sont complètement différents, beaucoup plus violents, d’autant que les dosages sont difficile à maîtriser“. Le Buddha Blue est également surnommé PTC par les jeunes consommateurs : PTC pour “pète ton crâne”.